Incendies

Massif du Tanneron en flammes, 1986 © D. Vallauri. | Menaces | IncendiesLe risque incendie est la principale menace qui pèse sur les forêts méditerranéennes, notamment les incendies répétés sur les mêmes surfaces (durée de retour inférieure à 20 ans) et ceux de grande surface (supérieurs à 500 hectares). Ils sont essentiellement déclenchés par nos imprudences.

Même si les forêts de la zone méditerranéenne française ont été relativement épargnées depuis l’année noire de 2003 (nous faisant oublier qu’une année noire tous les 10 à 15 ans survient en fonction des aléas de la météo), les forêts des autres pays méditerranéens paient un lourd et régulier tribu chaque été (Grèce, Portugal et Espagne notamment).

Toutes les forêts sont combustibles une fois le feu déclaré. Mais les forêts les plus inflammables sont les forêts jeunes et homogènes ou les maquis. Ces espaces ont récemment été conquis sur des terres agricoles abandonnées depuis 50 ans. A l’inverse, les forêts anciennes à haute valeur de conservation sont plus résistantes et plus résilientes face aux incendies : ce sont des forêts diversifiées, la proportion des essences très inflammables est réduite, l’ambiance forestière est plus tempérée même en été, l’hétérogénéité horizontale comme verticale de leur structure permet également de réduire le danger. Mais ce sont aussi des forêts rares et petites, souvent englobées aujourd’hui dans de grands massifs de forêts récentes. Une fois l’incendie parti, il est difficile pour ces lambeaux de forêts anciennes d’y échapper.

L’identification des forêts à haute valeur de conservation est nécessaire afin de les préserver au mieux. La définition de la stratégie de lutte et de prévention (pare-feux) pourrait mieux prendre en compte les enjeux écologiques.