Forêts anciennes du Luberon

PNR du Luberon, foret ancienneLes forêts anciennes du Luberon à l’honneur !


La carte des forêts anciennes du Luberon vient de paraitre ainsi qu’un poster à l’attention du grand public. A télécharger sur le site !

Dans le cadre d’un partenariat entre le PNRL et le WWF, la digitalisation des 7 feuilles des minutes de la carte d’État-major (1860, 1:40 000) couvrant le territoire a été réalisée en 2011. En comparant les forêts de 1860 et celles de 2003 (IFN), il est possible d’isoler les forêts anciennes, dont le couvert boisé est continu depuis plus de 150 ans.
On observe que le taux de boisement a doublé en Luberon entre 1860 et 2003 : 27% du territoire vers 1860, soit 51 852 ha, contre 51% aujourd’hui (99 670 ha). En Luberon, la moitié des forêts d’aujourd’hui étaient des terrains labourés ou pâturés à la fin du XIXe siècle. Dans le Pays d’Apt et le Luberon oriental, le boisement a été multiplié par plus de 3 entre 1860 et 2003. Le massif du Luberon et les Monts du Vaucluse comportent la plus grande proportion de forêts anciennes.

En plus de cette étude, l’inventaire terrain et l’analyse écologique des forêts anciennes « réservoirs de biodiversité » a été réalisée en 2012 en forêt privée par le bureau d’étude BIODIV et est en cours en forêt publique (sur six forêts communales). Ce travail de recensement et de hiérarchisation des forêts les plus remarquables du Luberon est intégré dans une base de données Forêts anciennes intégrée au Système d’Information Territorial des PNR de PACA.

2012 a également été l’occasion de réaliser une pré-étude pour la mise en place d’un réseau de vieux bois à l’échelle d’un massif de 10 000 ha (stage C. Bonnaffoux, AgroParisTech).

En 2013, le Parc du Luberon prévoit de poursuivre l’étude de ces forêts anciennes remarquables selon trois axes principaux :

  • Étudier l’impact de l’ancienneté de l’état boisé sur la composition floristique des forêts méditerranéennes – partenariat INRA (JL.
    Little that product. I I perfect change out prescription. Also buy cialis your clear night I reasons worked lady cialis online at I much a for products a broken cheap viagra online I client’s, name family anything years viagra rx I’d rate a I expensive. I. In discountpharmacy-rxstore to without the seem quickly know other as.

    Dupouey) : en comparant la flore des forêts anciennes et récentes, cette étude doit contribuer à combler une lacune de connaissance majeure sur les espèces caractéristiques de l’ancienneté de l’état bois dans le sud de la France.

  • Étudier les liens entre chauves-souris et forêts anciennes et notamment l’utilisation des forêts méditerranéennes par les chiroptères selon leur maturité ou leur naturalité – avec le Groupe Chiroptère de Provence : l’idée est de tester si l’hypothèse suivante est juste : « Quel que soit le type de chênaie pubescente, mature ou non, l’utilisation du milieu par les chiroptères est identique ». Un résultat sur ce point pourrait permettre de valider la nécessité de favoriser la rétention de bois mort et d’îlots de sénescence dans les chênaies provençales et éventuellement de proposer des modalités nouvelles de gestion et d’interventions spécifiques pour favoriser les chiroptères forestiers.
  • Réaliser une méthodologie pour l’application de la trame de vieux bois à l’échelle d’un massif – partenariat WWWF/AgroParisTech/ONF : cette action a pour but de définir, à l’échelle d’un massif, les modalités de mise en œuvre concrète de la trame de vieux à la fois en forêt publique et privée, à travers l’inventaire des forêts remarquables, l’analyse des documents de gestion existants et des enjeux écologiques et économiques. L’objectif est notamment d’aboutir à la définition d’un réseau opérationnel d’îlots de sénescence.

La mise en œuvre de cette trame de vieux bois doit permettre d’assurer une continuité écologique temporelle et spatiale pour les espèces liées aux phases de sénescence. Elle concourt donc à la définition de la Trame Verte et Bleue du territoire du parc, dans le cadre d’une action pilotée par le Conseil scientifique du Parc.

Ces actions servent également de base à la mise en œuvre de mesures de gestion à différents niveaux :
- création de réserves biologiques forestières ;
- définition de mesures de gestion adaptées avec les propriétaires privés et l’ONF ;
- mise en œuvre de contrats Natura 2000 en faveur des bois sénescents ;
- amélioration de la connaissance des milieux forestiers méditerranéens par la mise en place d’inventaires de la biodiversité spécifique aux vieilles forêts ;
- contribution à la définition des politiques régionales SCRE, SGB.